Rechercher
  • Liushaoyao

#STOPAUXVIOLENCESPOLICIERES

Mis à jour : 21 sept. 2019




“Il y a 2 ans, le 26 mars 2017, notre père a laissé 5 enfants orphelins. Il a été tué par un policier de la brigade anti-criminalité. Ce jour-là, mon père ne se relèvera pas, et c’est une vie qui sera enlevé à tout jamais. il aurait fait feu sur lui. Il indiquait donc avoir agit en légitime défense. Mais ce n’est pas ce que nous avons vu ce soir-là, car nous étions présents sur scène. Ce jour là, ma petite soeur de 17 ans, a entendu des bruits à la porte, des sonneries, des coups. Donc elle va regarder à la porte, qui se présente là ? Elle va voir au judas 3 hommes, 3 hommes en civil, elle ne sait pas que c’est la police. Ces 3 hommes sont lourdement armés, elle voit un homme avec un pistolet mitrailleur. J'étais en train de réviser, mais le bruit était incessant et fort. Je sors de ma chambre et là je vois mon père ma soeur devant la porte. Ils étaient paniqués, ils étaient terrifiés. A ce moment là je vois père, il avait une paire de ciseau à la mains droite, et de l’autre main, il essayait de retenir la porte. Mais du haut de ses 1m60, il n’a pas pu réussir à retenir très longtemps la porte, les policiers n’ont pas attendu longtemps pour défoncer la porte. Le bruit était intense, la sonnerie était réticente, j’avais peur, on avait peur, j’ai donc dis à mon père d’ouvrir la porte. Mais il ne voulait pas. C’est la que le moment fatidique arrive, la porte s’ouvre, une lumière blanche, c’était le tir, le tir qui a tué notre père, un seul coup. Là je vois débarquer les individus entrer et je leur dis ‘Pourquoi est-ce que vous avez tiré, pourquoi?’. A ce moment là ils m’ont dit ‘Parce qu’il avait un couteau, il avait un couteau’. On ne savait pas que notre père était mort. Ce n’est que plus tard, 2h après qu’on nous l’annonce. On nous l’a annoncé puis fallait sortir de la chambre, fallait s’habiller et quitter l'appartement. On était sortis en pyjama ce soir-là le 26 mars 2017. Je me souviens encore de la scène, on était descendu en pyjama, il faisait très froid. On était passé devant le corps de mon père qui était dans l’entrée. On avait vu qu’il était recouvert d’un drap. Du sang il y en avait partout sur le sol. On a vu ses pieds mais on n’a pas vu son corps. C’est comme ça que nous avons quitté la scène et que nous ne sommes plus jamais revenus sur les lieux."

63 vues

©2019 by liu shaoyao